Avez-vous deja lu ?!

Produits de Saison
Grands Themes
Les Incontournables
Recettes

    Le chocolat au fil des siècles

    Version imprimable Suggérer par mail
    ImageLe chocolat c'est bon notamment pendant les fêtes de fin fin d'année.. mais d'où vient-il exactement ? M. Goudite vous raconte tout !

    La grande découverte des Mayas au VII ème siècle

    L'engouement pour le chocolat trouva ses origines sur la presqu'île de Yucatan, l'un des états du Mexique, où les Mayas découvrirent le cacao vers l'an 600 et en firent l'une des bases de leur alimentation.

    Ils baptisèrent le fruit de l'arbre aux c
    abosses " cacau ", origine du mot " cacao ". Très croyants, les Mayas considéraient le cacao comme un breuvage rituel symbole de volupté et d'abondance et l'associaient aux offrandes funéraires des hauts dignitaires mayas. Ils prêtèrent rapidement au cacao de nombreuses vertus aphrodisiaques, comme celle d'éveiller leurs sens.

    Chez les Mayas Pipil, les fèves de cacao étaient offertes douze jours après une naissance, au moment du choix du prénom de l'enfant. Lors du rituel de puberté, le corps des jeunes garçons était enduit d'un mélange d'eau de pluie, de pétales de fleurs et de poudre de cacao. Afin d'assurer une meilleure récolte, les Mayas procédaient à une offrande auprès du dieu aztèque de la lune : Quetzalcoatl.

    La légende veut que Quetzalcoatl ait ravi le cacaoyer au pays des fils du Soleil pour le donner ensuite aux hommes. Ce roi-prêtre souhaitant devenir immortel fit appel au magicien Titlacan pour préparer un breuvage. Il le but et perdit la tête. Il brûla alors tous ses palais, enterra ses trésors et transforma les arbres de cacao en espèce ne donnant plus de fruits. Il quitta ensuite son royaume pour le pays de la jeunesse en promettant à son peuple de revenir leur rapporter les trésors perdus. Ne voyant pas Quetzalcoatl revenir, les Mayas prirent alors grand soin des quelques cacaoyers épargnés par sa colère. C'est alors que le cacao devint le fruit et le symbole du paradis perdu et commença sa grande aventure à travers le monde.

    Christophe Colomb passe à côté du "trésor"
    - XVI ème siècle

    Christophe Colomb fut le premier européen à découvrir le cacao, lorsqu'il aborda l'île de Guanaja, près du Honduras, en 1502. C'est alors qu'il fit connaissance avec les fèves de cacao transportées par les indigènes et utilisées en guise de monnaie d'échange contre les marchandises du navire.
    Le navigateur étant perplexe sur la valeur marchande du cacao, pour le convaincre les indiens lui préparèrent un breuvage à base de fèves de cacao broyées et d'eau, dont il n'apprécia pas l'amertume. Il conserva cependant le sac de fèves en échange de quelques verroteries mais ne prêta plus jamais intérêt à cette précieuse et encore mystérieuse denrée, passant ainsi à côté d'un vrai "trésor".
    {mospagebreak title=Après le XVI siècle}

    Cortès, le conquistador - XVI ème siècle

    En 1519, Hernan Cortès partit conquérir le Nouveau Monde avec 700 de ses hommes et découvrit ainsi les Aztèques et leur breuvage sacré. Il fut accueilli comme un dieu par l'empereur aztèque Moctezuma (son arrivée correspondant avec le retour prévu du dieu Quetzacoatl).
    Soucieux d'asseoir le pouvoir espagnol sur le Nouveau Monde, Cortès comprit très vite tout le profit économique que l'on pouvait tirer du cacao. Il reprit les exploitations de cacaoyers et perçut l'impôt sur les cultures en lieu et place des gouvernements locaux. Ensuite, il intensifia la récolte du cacao.

    En 1528, devenu gouverneur du Mexique, après avoir fait disparaître la population aztèque, Cortès expédia le cacao comme une vulgaire monnaie d'échange à la cour d'Espagne. Le cacao y fut apprécié à sa juste valeur, car il permettait d'acheter sur les marchés toutes sortes de marchandises. Un intense commerce de fèves s'instaura alors entre l'Amérique Latine et l'Espagne.

    Cap sur le Nouveau Monde - XVII ème siècle

    Au début du 17ème siècle, les Espagnols tentèrent d'implanter la culture du cacaoyer aux Antilles, à Cuba et en Jamaïque, puis vers La Havane et Veracruz, en Nouvelle Espagne. Au cours du 17ème, siècle la fièvre du cacao s'étendit à l'Amazonie brésilienne. Pendant toute cette période, le cacao faisait principalement l'objet d'un commerce sur le continent sud-américain, la Nouvelle Espagne étant de très loin le premier pays consommateur.
    Les exportations vénézuéliennes de cacao furent alors échangées contre l'argent des mines mexicaines. Ensuite, le cacao fut réexporté du Mexique vers Cadix en échange de produits manufacturés et alimentaires, à leur tour réexpédiés vers le Nouveau Monde. Ce circuit d'échange du cacao assurait du travail à de nombreux intermédiaires : caravaniers, négociants... En revanche, il faisait l'objet de convoitises et les bateaux le transportant étaient régulièrement attaqués par des corsaires.


    Le chocolat à la conquête de l'Europe - XVII ème siècle

    Peu à peu, le cacao franchît les frontières et ce n'est qu'en 1615 qu'il fut introduit en France grâce à Anne d'Autriche, fille du roi d'Espagne Philippe II, et épouse de Louis XIII. Le chocolat connut ensuite un grand succès à la cour du roi de France grâce à Marie Thérèse, infante d'Espagne et femme de Louis XIV, qui lui vouait une véritable passion.
    En 1659, un certain David Chaillou ouvrit la première fabrique de chocolat à Paris. Le chocolat se répandit en Europe chez les privilégiés de l'aristocratie et de la grande bourgeoisie, vers 1646 en Allemagne, en 1657 en Angleterre, en 1697 en Suisse. Enfin, il fallut attendre 1720 pour qu'en Italie, le chocolat soit accueilli avec enthousiasme, de Florence à Venise.

    L'invention du chocolat au lait - XIX ème siècle

    Il faut attendre le 19ème siècle pour voir se développer la tablette de chocolat, grâce à Menier. C'est à ce moment que l'on commença à croquer le chocolat, auparavant servi en boisson. En 1875, après l'invention du lait en poudre par Henri Nestlé, ce dernier s'associa avec Daniel Peter, un chocolatier suisse. Ils eurent l'idée d'ajouter ce lait aux tablettes de chocolat, créant ainsi les premières tablettes de chocolat au lait.
    Pour notre plus grand plaisir, le chocolat devint alors accessible à tous et donna naissance à une véritables industrie à travers le monde entier.

    En 1519, Hernan Cortès partit conquérir le Nouveau Monde avec 700 de ses hommes et découvrit ainsi les Aztèques et leur breuvage sacré. Il fut accueilli comme un dieu par l'empereur aztèque Moctezuma (son arrivée correspondant avec le retour prévu du dieu Quetzacoatl).
    Soucieux d'asseoir le pouvoir espagnol sur le Nouveau Monde, Cortès comprit très vite tout le profit économique que l'on pouvait tirer du cacao. Il reprit les exploitations de cacaoyers et perçut l'impôt sur les cultures en lieu et place des gouvernements locaux. Ensuite, il intensifia la récolte du cacao.

    En 1528, devenu gouverneur du Mexique, après avoir fait disparaître la population aztèque, Cortès expédia le cacao comme une vulgaire monnaie d'échange à la cour d'Espagne. Le cacao y fut apprécié à sa juste valeur, car il permettait d'acheter sur les marchés toutes sortes de marchandises. Un intense commerce de fèves s'instaura alors entre l'Amérique Latine et l'Espagne.

    Cap sur le Nouveau Monde - XVII ème siècle

    Au début du 17ème siècle, les Espagnols tentèrent d'implanter la culture du cacaoyer aux Antilles, à Cuba et en Jamaïque, puis vers La Havane et Veracruz, en Nouvelle Espagne. Au cours du 17ème, siècle la fièvre du cacao s'étendit à l'Amazonie brésilienne. Pendant toute cette période, le cacao faisait principalement l'objet d'un commerce sur le continent sud-américain, la Nouvelle Espagne étant de très loin le premier pays consommateur.
    Les exportations vénézuéliennes de cacao furent alors échangées contre l'argent des mines mexicaines. Ensuite, le cacao fut réexporté du Mexique vers Cadix en échange de produits manufacturés et alimentaires, à leur tour réexpédiés vers le Nouveau Monde. Ce circuit d'échange du cacao assurait du travail à de nombreux intermédiaires : caravaniers, négociants... En revanche, il faisait l'objet de convoitises et les bateaux le transportant étaient régulièrement attaqués par des corsaires.


    Le chocolat à la conquête de l'Europe - XVII ème siècle

    Peu à peu, le cacao franchît les frontières et ce n'est qu'en 1615 qu'il fut introduit en France grâce à Anne d'Autriche, fille du roi d'Espagne Philippe II, et épouse de Louis XIII. Le chocolat connut ensuite un grand succès à la cour du roi de France grâce à Marie Thérèse, infante d'Espagne et femme de Louis XIV, qui lui vouait une véritable passion.
    En 1659, un certain David Chaillou ouvrit la première fabrique de chocolat à Paris. Le chocolat se répandit en Europe chez les privilégiés de l'aristocratie et de la grande bourgeoisie, vers 1646 en Allemagne, en 1657 en Angleterre, en 1697 en Suisse. Enfin, il fallut attendre 1720 pour qu'en Italie, le chocolat soit accueilli avec enthousiasme, de Florence à Venise.

    L'invention du chocolat au lait - XIX ème siècle

    Il faut attendre le 19ème siècle pour voir se développer la tablette de chocolat, grâce à Menier. C'est à ce moment que l'on commença à croquer le chocolat, auparavant servi en boisson. En 1875, après l'invention du lait en poudre par Henri Nestlé, ce dernier s'associa avec Daniel Peter, un chocolatier suisse. Ils eurent l'idée d'ajouter ce lait aux tablettes de chocolat, créant ainsi les premières tablettes de chocolat au lait.
    Pour notre plus grand plaisir, le chocolat devint alors accessible à tous et donna naissance à une véritables industrie à travers le monde entier.

    {moscomment}

    Pour continuer sur le même thême...

    utile/reportages

  • La fabrication du chocolat
  • Recettes/Confiseries

  • Rochers Chocolat/Praliné
  • Recettes/Desserts

  • Truffes au chocolat




  • Gratuite, rejoignez vite nos 3784 abonnés !




    Vous souhaitez vous aussi présenter vos produits ?



    Cliquez ici !