Avez-vous deja lu ?!

Produits de Saison
Grands Themes
Les Incontournables
Recettes

    Les allergies

    Version imprimable Suggérer par mail

    Image Qu'est-ce que l'allergie alimentaire?


    Le mot allergie vient du grec allas (autre) et ergos (réaction). C'est donc la réaction de l'organisme contre une substance qu'il considère comme étrangère, l'allergène.
    Il se sensibilise à son premier contact et par la suite réagit de façon exagérée, chaque fois qu'il se trouvera en contact avec cette substance. L'incidence de l'allergie augmente régulièrement, en particulier dans les formes les plus sévères. Il ne faut pa
    s confondre les allergies et les pseudo-allergies.

    Seuls 1 à 2 % des adultes ont une allergie alimentaire authentique.

    On distingue trois types d'allergies :
    • l'allergie alimentaire, qui met en jeu le système immunitaire contre un aliment;
    • les pseudo-allergies, induites par la consommation excessive de certains aliments;
    • les intolérances alimentaires, plus fréquentes, liées à l'insuffisance d'une enzyme de la muqueuse intestinale. L'intolérance au lactose est liée à l'absence ou à l'insuffisance d'action de la lactase, enzyme intestinale nécessaire à la digestion du lactose, le sucre du lait.

    Les allergies alimentaires proprement dites

    Elles sont de plus en plus fréquentes pour les raisons suivantes :

    - l'introduction précoce chez l'enfant d'allergènes : moutarde, par exemple.
    - la consommation accrue de colorants et conservateurs.

    A noter que les produits bio peuvent aussi être source d'allergie car ils peuvent contenir des colorants naturels végétaux responsables d'allergies comme le rouge betterave, le caramel ou la chlorophylle.

    Par ailleurs, l'asthme des enfants et des nourrissons est plus fréquemment causé par des allergènes alimentaires que par des allergènes respiratoires.

    La consommation exagérée d'additifs colorants contenus dans les sucreries associée à la consommation d'oeuf crée actuellement un terrain favorable aux risques allergiques qui peuvent se traduire par des infections ORL : otites, des rhino-pharyngites, des eczémas, des reflux gastro-oesophagien.

    Quels sont ses mécanismes?

    Ils associent plusieurs composantes:

    - un terrain prédisposant,
    - une baisse des défenses de la muqueuse intestinale,
    - de mauvaises habitudes alimentaires,
    - la rencontre avec un aliment ou un additif allergisant.

    Comment se manifeste une allergie alimentaire?

    Les manifestations liées au contact avec un aliment allergisant débutent, entre une demi-heure à six heures après son ingestion.

    Les signes les plus fréquents sont:

    - dès le contact avec l'aliment, une sensation de gonflement ou un picotement au niveau des lèvres, surtout la lèvre supérieure, une irritation du voile du palais;
    - des manifestations ORL : rhinite, sinusite, conjonctivite;
    - des réactions cutanées: urticaire, prurit, eczéma, angio-redème, ou dermatite atopique chez les enfants;
    - des troubles gastro-intestinaux: douleurs, ballonnements, nausées, vomissements, diarrhées ou démangeaisons anales;
    - des aphtes multiples de la bouche récidivants ;
    - d'autres symptômes peuvent être évocateurs: des crises de migraines, de vertiges, des cystalgies à urines claires, certains troubles ostéoarticulaires à type d'arthrites.

    Certaines allergies surviennent lors d'un effort physique ou d'un stress : urticaire avec démangeaisons et rougeurs de la peau, des oedèmes, et ne surviennent que si l'aliment allergisant est absorbé une heure et demie à deux heures avant l'effort ou le stress. Elles apparaissent en fin d'effort et disparaissent lors de son arrêt.

    Quels sont les allergènes alimentaires les plus fréquents?

    Dans plus de 90 % des allergies on retrouve: l'oeuf, le lait, le poisson, les crustacés, les légumineuses (soja, pois, lentilles, haricots, fèves), l'arachide, les fruits secs et la noisette, les légumes de la famille des ombellifères (surtout le céleri, mais aussi l'aneth, l'anis, la carotte, le fenouil, le persil, la coriandre, le cumin, le poivre), les fruits comme la pomme, les fraises, le kiwi et les fruits exotiques, le lait, les céréales comme le blé, les grains de sésame et la moutarde.

    L'allergie aux protéines de la vache

    Elle est fréquente chez l'enfant et rare chez l'adulte et disparaît dans 80 à 90 % des cas; entre 1 et 3 ans. Chez le nourrisson, le lait est remplacé par du lait artificiel dépourvu des protéines du lait de vache.

    L'enfant allergique au lait de vache peut l'être aussi avec les laits de soja non hydrolysés, les laits de chèvre, de brebis ou d'ânesse, du fait d'allergies croisées.

    L'allergie au soja

    L'allergie aux protéines de soja n'est pas rare. Elle provoque les mêmes signes que l'intolérance aux protéines de vache. Il existe une allergie croisée entre le soja et les protéines du lait de vache, c'est donc une erreur de donner à l'enfant du lait de soja, en cas d'intolérance aux protéines de vache.

    Comment faire le diagnostic de l'allergie alimentaire?

    Elle doit faire l'objet de tests spécifiques, dans ce cas, la pratique d'un carnet alimentaire peut être une aide en cas de diagnostique difficile.

    Quelles sont les mesures à prendre en cas d'allergie?

    Prévoyez l'apparition des allergies

    Dans les familles à fort terrain allergique, on recommande à la mère de suivre un régime d'exclusion des oeufs, du lait de vache et autres aliments allergisants pendant la grossesse et l'allaitement.

    Attention à l'autogestion de mesures comme la suppression d'aliments peut induire des carences : par exemple l'éviction des produits laitiers peut être à l'origine d'une carence en calcium et/ou en vitamine D. Consultez un medecin.

    Sachez lire les étiquettes

    L'étiquetage imposé peut être une protection des consommateurs allergiques.

    La consommation d'un plat préparé industrialisé devrait être un dépannage surtout dans les familles d'allergiques. En effet, plus un plat est industrialisé, plus il risque de contenir des agents allergisants qui ne vous conviennent pas: soja, colorants, condiments, oeuf, lait.

    Respectez le bon état de la muqueuse intestinale

    Adoptez une alimentation équilibrée, prenez vos repas à heures régulières. Mangez dans le calme et mastiquez bien les aliments.

    Éliminez les facteurs susceptibles d'augmenter la perméabilité de la muqueuse intestinale : condiments forts, épices, alcools, laxatifs, tisanes irritantes. Évitez les fruits et les légumes crus, consommez-les plutôt cuits.

    Diminuez la consommation d'aliments qui favorisent les processus de fermentation, en particulier les pommes de terre.

    Apprenez à connaître vos émotions

    L'allergique est souvent un être plutôt dépressif, anxieux, qui présente un manque d'estime de soi et d'assurance. Sa difficulté à exprimer son agressivité s'extériorise par une éruption. Des séances de relaxation ou de yoga lui permettent de limiter l'influence du stress.

    Les pseudo-allergies

    Qu'appelle-t-on une pseudo-allergie ?

    Plus fréquentes que les allergies, les pseudo-allergies n'impliquent pas le système immunitaire.

    Elles sont dues à la consommation excessive de certains aliments qui libèrent des substances responsables de troubles voisins de l'allergie.

    Certaines circonstances peuvent faire apparaître une pseudo-allergie : une lésion de la muqueuse digestive, insuffisance du foie, mauvais fonctionnement de la vésicule biliaire, déséquilibre des apports alimentaires, un terrain de réactivité forte à l'histamine, une colopathie.

    Quelles sont ses manifestations?

    Les réactions induites se situent surtout au niveau de la peau d'une façon plus atténuée que pour une allergie, voire des migraines. C'est la répétition des troubles survenant après le repas qui évoque le diagnostic et la notion de consommation excessive d'un aliment.

    Quels sont les aliments responsables des pseudo-allergies ?

    Les aliments riches en histamine.

    La sauce tamari, les fromages fermentés, les conserves d'oeufs de hareng fumé, les charcuteries, les poissons selon leur fraîcheur, les conserves (surtout de poisson), la choucroute, les crustacés, le porc, le vin, le chocolat.

    Les aliments histaminolibérateurs.

    Le blanc d'oeuf, le chou, les fraises, les fruits oléagineux, les fruits exotiques, les poissons, les crustacés, l'alcool, le café, les tomates, le porc, les aliments riches en tyramine. Tous ces aliments induisent une libération d'histamine.

    Les aliments contenant de la phényléthylamine ou des conservateurs.

    La phényléthylamine se trouve dans le chocolat et certains vins rouges; les agents conservateurs, comme le nitrate de sodium, sont utilisés pour la préparation de fromages saumurés ou de certaines charcuteries.

    Source : Guide de l'alimentation pour les familles

    Pour continuer sur le même thême...

    Liens Web / Institutionnels

  • LE SUCRE.COM
  • Liens Web / Découverte des métiers

  • SITE ABC-PAINS
  • Contact / Contacts

  • J'ai une question relative à mon alimentation
  • Liens Web / Ventes en ligne

  • SABATIER DIAMANT
  • Liens Web / Produits

  • Les additifs alimentaires
  • approfondir/Livres

  • L'Alimentation ou la Troisième Médecine
  • alimentation/fonctionnement

  • Une alimentation équilibrée
  • alimentation/histoire

  • Alimentation et Paques




  • Gratuite, rejoignez vite nos 4161 abonnés !




    Vous souhaitez vous aussi présenter vos produits ?



    Cliquez ici !